La vie ne danse qu'un instant

Mes collègues vous le diront, les grands romans d'amour et moi, on est pas franchement copains. Loin de moi les embrassades langoureuses et les adieux larmoyants. Et s'il y a indéniablement une part de romantisme dans La vie ne danse qu'un instant, c'est surtout Alice Clifford, l'héroïne, qui m'a séduite.
Elle est belle, elle est jeune, elle tient tête aux hommes, elle est reporter de guerre dans les années trente. 
Therese Revay nous plonge dans un univers de rebondissements et de glamour où l'amour et les intrigues politiques se mêlent au gré des événements historiques qui se succèdent.
Et puis, il y a cette fin dont je ne vous dirai rien sinon qu'elle m'a ému aux larmes.
Plongez-y. Alice Clifford ne vous laissera pas indifférent(e).

actualite qui sommes-nous contact
Création SIP