Les doigts rouges

Akio et Yaeko forment un couple sans histoire, à défaut d’être amoureux l’un de l’autre. Ils ont un fils, Naomi, âgé de 14 ans. Un adolescent égoïste dans toute l’horreur du terme.  Vit aussi sous le même toit la mère d’Akio, que sa femme n’aime pas du tout. Tout bascule quand Naomi étrangle une petite fille de 7 ans. Son père veut prévenir la police mais sa mère s’y oppose violemment et convainc son mari d’évacuer le cadavre de l’enfant.
Kaga prend l’enquête en main, avec l’aide de son jeune cousin Matsumiya. Ce duo est redoutable, surtout dans le chef de Kaga, et l’étau se resserre autour des parents et leur fils. Ils imaginent alors un plan diabolique pour s’en sortir...
Keigo Higashino nous plonge en plein coeur de la société japonaise que nous, les Occidentaux, connaissons si peu. Ne jamais « perdre la face » pour préserver à tout prix sa réputation. Au point de défendre un fils assassin pour échapper au jugement du voisinage. Mais Keigo Higashino ne tombe pas dans le manichéisme et défend la probité via deux inspecteurs de police particulièrement intelligents et sympathiques. Ce très beau livre est plus qu’un « roman policier ». C’est la rencontre entre une famille toxique et une police humaine mais sans concession. Du grand art! Et tout cela en moins de 240 pages avec deux coups de théâtre dans les dernières.  Une histoire familiale et un roman policier tout à la fois, remarquablement écrit.

actualite qui sommes-nous contact
Création SIP