La Cigale du Huitième Jour

Kiwako Nonomiya aurait du avoir un enfant, mais voilà, elle ne l'a pas eu. Alors elle profite de l’absence très temporaires de voisins pour se pencher sur le berceau de leur fille et, presqu’à son corps défendant, de s’en emparer et de fuir en sa compagnie. Quand les parents réintègrent leur appartement, celui-ci est la proie des flammes. Commence alors un long road-movie pour Kiwako et « sa » fille qu’elle a prénommée Kaoru. Un road-movie qui va successivement les conduire chez une amie de Kiwako, une étrange communauté exclusivement féminine, un « love hôtel » et un restaurant. Un road-movie qui se termine brutalement sur un embarcadère. C’est à ce moment que Kaoru reprend l’histoire à son compte.
Un très beau livre, empreint de poésie, qui fait découvrir le Japon au lecteur, et qui le lui fait aimer. Mais surtout une belle histoire tout en peur (celle de se faire arrêter par la police) et tout en douceur (celle de l’amour entre une non-mère et une non-fille). On comprend, sans l’approuver, la démarche de Kiwako. Jacques Brel aurait chanté : "Beau, beau et triste à la fois" .

actualite qui sommes-nous contact
Création SIP